Notre Charte

Si, en passant dans la rue, vous voyez cet emblème affiché à l’entrée d’une propriété, c’est que ses habitants ont signé la Charte des Jardins et qu’ils ont pris l’engagement moral d’entretenir et d’aménager leur terrain pour favoriser la survie de la petite faune sauvage: oiseaux, hérissons, papillons, lézards… et la biodiversité en général.

Pendant longtemps, oiseaux, hérissons, lézards, papillons et autres insectes ont trouvé assez facilement de quoi se nourrir dans nos jardins, ainsi que des endroits pour se reproduire et passer l’hiver. Mais les lieux favorables à la petite faune se raré­fient, notamment en raison de la pression de l’urbanisation. De nombreuses espèces autrefois communes se trouvent aujourd’hui dans une situation précaire, et parfois même en danger d’extinction.

Pourtant, cette tendance n’est pas irréversible. Si chaque propriétaire acceptait de cesser d’utiliser des pesticides, de laisser pousser l’herbe sur un coin de pelouse ou d’opter pour des plantes sauvages indigènes lors du renouvellement de ses plantations, on observerait rapidement une amélioration de la situation.

Vous aussi, avec quelques gestes simples, vous pouvez contribuer à augmenter sensiblement les chances de survie de la faune sauvage.

LogoCharteJardins
pink flowers in tilt shift lens

Pendant longtemps, les sympathiques visiteurs des jardins que sont les hérissons, les écureuils, les oiseaux ou les papillons ont trouvé assez facilement de quoi se nourrir en périphérie des habitations, ainsi que des endroits où se reproduire et passer l’hiver. Mais les lieux favorables à la petite faune se raréfient, notamment parce que les coins de nature situés entre les zones habitées et les zones cultivées régressent sous la pression de l’urbanisation. De plus, les grandes propriétés se morcellent pour donner des parcelles plus petites et plus cloisonnées. Or, cette parcellisation provoque la disparition des haies sauvages, des vieux arbres, des prairies rarement tondues, et des tas de branches et de pierres si importants pour la survie et la reproduction des petits animaux.

Parallèlement à la diminution de la taille des parcelles se produit une augmentation de leur aménagement: gazon entretenu jusqu’aux limites de propriété; haies exotiques choisies uniquement pour leur capacité à cacher les voisins; massifs de plantes non indigènes qui ne favorisent pas la reproduction des papillons et qui donnent trop peu de fruits pour nourrir la faune; arbres trop parfaitement taillés qui n’offrent pas d’abris; éclairage nocturne aux quatre coins du terrain; usage immodéré des herbicides et des pesticides sur le gazon, les dalles et les rosiers. Dans ces conditions, les oiseaux et autres visiteurs des jardins ne trouvent plus d’endroits où se cacher, ni matériaux pour construire leur nid, ni insectes, ni petits fruits, ni même le repos nocturne.

Charte d’entretien des espaces verts à Lutry

La population de Lutry vit et évolue dans un environnement urbain de qualité grâce notamment à ses espaces verts.

Les espaces verts au sens de cette charte sont : les parcs, les forêts, les cimetières, les pro- menades, les arbres d’avenue, les arbres isolés en milieu minéral, les haies et buissons, les pieds d’arbres, la végétation interstitielle, les plantages, les jardins familiaux, les carrés potagers, les toitures et murs végétalisés, les places de jeux, les surfaces sportives, les voies de circulation à l’intérieur des surfaces végétales, les structures végétales temporaires ou durables sur les espaces minéraux.

Mission

Par un entretien approprié, les collaboratrices et collaborateurs en charge des espaces verts veillent à offrir aux habitants et aux visiteurs de Lutry un environnement de bonne qualité paysagère et valeur d’usage, naturel, propre et sécurisé. Cet entretien approprié se traduit par un certain nombre de principes d’action.

Principes d’action

Les principes généraux communs à l’entretien de tous les espaces verts:

  1. Les collaboratrices et collaborateurs en charge des espaces verts sont au service du public ; toutes leurs actions sont destinées à assurer la mission ci-dessus. Les collaboratrices et collaborateurs contribuent, par leurs actions et propositions, à permettre l’atteinte des objectifs d’entretien de la commune.
  2. Dans les domaines de la sécurité et de la salubrité, les mesures sont prises immédia- tement par les collaboratrices et collaborateurs, ou des demandes aux structures spécialisées sont établies sans délai.

Les principes spécifiques pour les forêts :

Le service applique une gestion sylvicole proche de la nature. Cela se traduit par les actions principales suivantes :

  • favoriser le rajeunissement naturel des forêts ;
  • appliquer strictement les standards FSC ;
  • conserver les valeurs biologiques dans les zones à valeur écologique identifiée ;
  • interdire à toute machine de rouler ailleurs que sur la desserte planifiée ;
  • utiliser systématiquement de l’essence alkylée pour les machines deux temps et de l’huile biologique pour toutes les machines ;
  • lutter systématiquement contre les plantes envahissantes ;
  • favoriser les infrastructures perméables de desserte et de mobilité ;
  • n’acquérir que des nouvelles machines diesel équipées de filtres à particules ;
  • lutter systématiquement contre les salissures, le littering et la dégradation intention-nelle des infrastructures ;
  • appliquer le concept de contrôle de sécurité des arbres, des ruisseaux et de toutes lesinfrastructures sous la responsabilité de l’entité.

Les principes spécifiques pour les parcs et les cimetières :

Le service applique un entretien écologique différencié contribuant au réseau écologique urbain selon le manuel d’entretien différencié et les directives des spécialistes du paysage et de la nature. Cela se traduit par les actions principales suivantes :

    • intervenir dans le respect des valeurs paysagères et historiques des espaces verts et dans le respect de la valeur d’usage pour le public ;
    • renoncer à l’utilisation de produits phytosanitaires ou d’engrais de synthèse ;
    • laisser pousser la végétation là où elle peut se développer sans mettre en périld’autres fonctions ;
    • améliorer la visibilité et la cohérence des espaces fleuris, en utilisant toute forme defleurissement ;
    • développer les connaissances et le recours aux plantes vivaces pour les massifs hor-ticoles ;
    • laisser les arbres se développer au maximum des possibilités offertes par les gabaritsaériens et souterrains ;
    • privilégier la végétation indigène par rapport à la végétation exotique, lutter systéma-tiquement contre les plantes envahissantes ;
    • conserver toute végétation indigène contribuant à l’augmentation de la biomasse etde la biodiversité (lierres, plantes grimpantes, végétation interstitielle …), pour autantqu’elle ne mette pas en péril la stabilité et durabilité des arbres et des ouvrages ;
    • appliquer des mesures raisonnées permettant de conserver les vieux arbres ;
    •  lutter systématiquement contre les salissures, le littering, les tags et la dégradation in-tentionnelle des infrastructures ;
    • appliquer strictement le concept de contrôle de sécurité des arbres, des places dejeux et de toutes les infrastructures sous la responsabilité du service. 

Comment adhérer à la Charte des Jardins?

  • Lisez attentivement la Charte des jardins ;
  • Télécharger le formulaire d’adhésion de votre commune (ci-dessous). Imprimez-le et renvoyez-le complété et signé à l’adresse mentionnée.
  • Si votre commune n’est pas membre de la Charte des jardins, vous pouvez adhérer directement auprès de la plateforme energie-environnement.ch.
orange flowers

Documents

10 Bonnes pratiques à adopter

Formulaire d’inscription

Flyer Charte jardin Lutry